La tradition culturelle française n’échappe pas à l’échange de cadeaux lors des fêtes de Noël, entraînant chaque année une course souvent effreinée allant du plus coûteux au plus original. Par « original » on entend plutôt « décevant ». Aussi, il n’est désormais plus très rare de voir dès le lendemain du réveillon une affluence de plusieurs centaines de milliers d’offres proposant des produits encore dans leurs emballages d’origines, fraîchement déballés la veille.

En effet, une personne sur deux (48% de la population française) se dit prète à revendre un cadeau si celui-ci l’a déçue, qu’elle le possède en double ou ne lui trouve aucune réelle utilité.

La règle en vigueur est pourtant claire: ça ne se fait pas de refuser ou de se « débarasser » d’un cadeau.

Si la revente est très mal vue rien n’empêche la tendance de s’installer en ligne, année après année, atteignant plus de 700.000 produits dès le 26 décembre. Et celle-ci ne doit en aucun cas s’arrêter aux derniers objets reçus.

Et si une mauvaise donne de Noël permettait de vider les placards et d’aller petit à petit vers une vie moins encombrée?

 

En quelques chiffres*:

60% des revendeurs ont entre 18 et 35 ans et ne s’encombrent plus de complexes quand il s’agit de revendre:

  • 40%: le cadeau n’a pas plu
  • 31%: le cadeau n’était pas utile
  • 29%: le cadeau aurait fini à la poubelle

Dans 100% des cas, le fait d’en obtenir de l’argent liquide pour des besoins ou projets personnels l’emporte!

Les plateformes de prédilection pour proposer ou bénéficier de ces bonnes affaires sont:

  1. eBay
  2. Le Bon Coin
  3. PriceMinister (en dépit d’une commission variable de 5 à 10% du prix de vente)
  4. Shpock

N’oublions pas que l’on peut toujours proposer des trocs et donner à des associations locales tout ce que l’on n’entend pas garder.

Le bénéfice direct c’est surtout d’avoir enfin l’occasion:

  • de rassembler les objets ou produits dont on ne sert pas (trions enfin cette penderie / le grenier / la salle de jeux des petits!)
  • de les mettre à la disposition des autres, les échanger ou les prêter (cette robe que l’on ne mettra plus à une cousine ou une amie)
  • de faire de la place dans les tiroirs et placards (pourquoi garder un stock aussi conséquent de câbles informatiques alors qu’on utilise des produits Apple?)
  • de ranger et réorganiser son chez-soi autour de ce qui compte vraiment (plus besoin de conserver les DVD qui sont accessibles sur le cloud familial)
  • de choisir un style qui nous va, sans dépendre du goût de quelqu’un d’autre (si la décoration intérieure date des précédents locataires, libre à vous de virer le papier-peint à fleurs pour des couleurs qui vous ressemblent)
  • d’investir dans des articles de qualité supérieure, qui vont durer (revendre un ensemble de sport pour acheter la soft-shell technique aue vous avez repérée)
  • de faire un pas vers moins de possessions donc plus d’espace pour soi en découvrant le minimalisme (voir le documentaire sur Netflix)
  • d’acheter ce qui fait nous fait vraiment plaisir et nous apporte de la joie (un abonnement au cinéma, un cours pour apprendre le dessin…)
  • d’offrir ce cadeau qui ne nous convient pas à quelqu’un qui saura l’apprécier à sa juste valeur, même sentimentale. Surtout sentimentale.

 

*Sondage mené par CFL via SurveyMonkey en décembre 2017

Cette Fille-Là vous propose de partager les meilleurs et les pires cadeaux que vous avez reçus! N’hésitez pas à partager et à commenter l’article.

Si vous voulez nous envoyez une histoire plus complète, écrivez-nous avec l’objet « Cadeaux » dans notre rubrique Contact